L'HORIZON DES ÉVÉNEMENTS

FRAGMENT 3

COMMENT REGARDER, VOIR, NOMMER ?

Après l’observation des pierres, des arbres, de l’eau, des nuages, comment considérer l’infini, dans un espace temps

qui nous dépasse ? Des visions de Hildegarde de Bingen

au XIIe siècle à l’exploration des astrophysiciens, d’un monde clos et centré à un univers en expansion, et peut-être au multivers, le lien se matérialise dans le cercle, dans l’énergie

en orbite, la vibration et l’onde.

Des cartes du ciel aux cartes terrestres, de la détection de signaux – rayonnements cosmiques, ondes gravitationnelles – provenant de l’espace à l’œil terrestre, du macrocosme au microcosme, mes recherches oscilleront entre ces dimensions.

Elles porteront sur les outils de l’observation et sur différents types de représentations du monde : monde vu d'Asie,  cartographies visionnaires d'Opicinus de Canistris (1296-1351), manuscrit de Lucca, catalogue astronomique Messier,

cartes du ciel à différentes époques…

Projet : réalisation d’un ensemble d’estampes de moyens et grands formats, cartes imaginaires mêlant les dimensions, les échelles et les époques.

1/1

Liber Divinum Operum. Hildegarde de Bingen.

Manuscrit de Lucca. Biblioteca governativa de Lucca, Italie.

Opicinus de Canistris. Planche 39.

Art et folie au Moyen-Age. Aventures et énigmes d'Opicinus de Canistris. Guy Roux et Muriel Laharie. Ed.Le Léopard d'Or, 1997.

Constellation d'Andromède.

Union Astronomique internationale.

Observation d’objets célestes au fond d'une tasse. Photographies. 2020.

Schémas. Encre de Chine. Carnets, 29,7 x 21 cm. 2020.

© christine jean